Perdre 5 à 10 % de son poids pour ovuler naturellement

Home
  ›  
Actualités - Publications
  ›  
Perdre 5 à 10 % de son poids pour ovuler naturellement
You are here:

Perdre 5 à 10 % de son poids pour ovuler naturellement

Le suivi gynécologique en cas d’infertilité est important, car il permet d’évaluer les causes et donc de chercher les solutions les plus adaptées. Généralement, la femme doit faire un bilan sanguin, hormonal et ovulatoire. Une exploration des trompes peut également avoir lieu (hystérosalpingographie).

Pour améliorer la fertilité des personnes obèses ou en surpoids, la perte de poids est essentielle. “Il est désormais prouvé qu’une perte de poids de 5 à 10 % de la masse corporelle peut permettre un retour naturel de l’ovulation, et améliorera également les taux de réussite en cas de procréation médicalement assistée”.

Eviter la perte de poids trop rapide
Le surpoids est souvent à l’origine du dérèglement hormonal du corps (à l’exception du syndrome des ovaires polykystiques où le dérèglement est symptomatique) : “le corps et notamment les hormones sont déréglés. Résultat : l’ovulation n’a plus lieu correctement”, ajoute la gynécologue.

La perte de poids, avec accompagnement diététique, est la première option proposée aux femmes. “Lorsqu’aucune ovulation n’est constatée au bout de 6 à 9 mois, un traitement peut être prescrit. Ce traitement, souvent à base de citrate de clomiphène ou de metformine, a pour objectif de permettre au corps d’ovuler correctement. Mais là encore, il faut savoir que ces traitements ont une meilleure efficacité lorsqu’ils sont accompagnés d’une perte de poids”.

Mais attention, la perte de poids ne doit pas être trop rapide, comme dans le cas des personnes opérées avec anneau gastrique (by-pass), sinon la fertilité est atténuée. “Le suivi diététique est indispensable car les pertes de poids fulgurantes (régime trop strict, anneau) peuvent entraîner des carences. La qualité du sperme est également réduite en cas de régime trop strict. D’ailleurs, il est recommandé avant la pose d’un by-pass, d’effectuer un prélèvement de sperme qui sera congelé pour une utilisation ultérieure”, termine la gynécologue.





La source: http://www.journaldesfemmes.com/maman/grossesse/surpoids-et-fertilite/maigrir-pour-diminuer-les-risques.shtml

Contactez-nous

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Téléphone

Pays

Votre message

insérer le code ci-dessous:
captcha


Copyright © 2017 All Rights Reserved. Powered by OpenIT